Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletin de 2018 > Bulletin du 28 novembre 2018

Bulletin du 28 novembre 2018

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2018-11 – du 28 novembre 2018

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Novembre 2018 : les gilets jaunes envahissent les rues et crient leur déception, parfois leur désespoir. Novembre 1918 : l’armistice est signé à Rethondes. Cent ans que la signature mettait fin à cette « grande guerre » mondiale qui laissera tant de traces dans chacune de nos familles. C’est un souvenir collectif, et, nous venons de vivre une page d’histoire. J’ai trouvé, qu’au nom de tous ceux qu’elle honorait, cette commémoration était émouvante. Hélas, les mots des discours, si beaux soient-ils, s’envolent au-dessus d’un monde qui est à nouveau en ébullition. Quelle moralité pour l’être humain, alors que les conflits ne semblent jamais devoir finir ? Aujourd’hui la guerre est partout, sous toutes ses formes : économique, numérique, religieuse, et bien d’autres… Mais je voulais pourtant partager avec vous une pensée pour ceux qui nous ont précédés et tenter d’espérer un peu de paix pour notre planète.

La guerre, c’est aussi les petites guerres à répétition entre les intérêts des uns et des autres. A la CFPSAA nous connaissons actuellement « la petite guerre » pour combattre la suppression des feux à certains carrefours. L’histoire a commencé l’année dernière dans le 14ème arrondissement de Paris, avec une expérimentation qui avait mobilisé les riverains de ce quartier, réunis en collectif pour dénoncer la dangerosité de cette initiative. De notre côté, Nous avions alerté la Mairie de Paris qui avait temporisé en parlant de simple test. Mais voilà qu’il serait positif, aux yeux de ceux qui conçoivent la ville de demain ! Et cela entraine la décision de la suppression définitive de ces feux. Cela implique aussi que cette option va se répandre ailleurs. La presse a relayé l’inquiétude des personnes déficientes visuelles et les pouvoirs publics ont enfin entendu la demande de concertation de la CFPSAA, puisque le Ministère de l’Écologie vient de nous solliciter sur ce programme urbain. De plus, nous participerons à une réunion au Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) à laquelle nous intègrerons les instructeurs de locomotion. Pour l’instant la CFPSAA n’a pas encore arrêté une position officielle, mais ce qui est certain, c’est qu’il ne peut y avoir de suppression des feux sans solution compensatoire pour les personnes déficientes visuelles et c’est cela que nous allons défendre.

Par ailleurs, les travaux sur le traité de Marrakech se poursuivent. Nous avons contribué à l’avis pour lequel le CNPH a été saisi par le Ministère de la Culture, sur le décret visant à transposer la directive européenne qui doit rendre opérationnel le traité de Marrakech et permettre aux personnes aveugles et malvoyante un accès à la lecture, comparable à celui du reste de la population. Nous avons participé aux séances en commission et travaillé sur ce texte via les allers-retours dont il a fait l’objet. La CFPSAA a donc rappelé les termes de ses exigences et notamment l’application sans limite de ce décret dans la transposition nationale de la directive européenne.

Fidèlement, Edouard Ferrero

Retour sommaire

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) DEVENEZ JURÉ DU MARIUS 2019 DE L’AUDIODESCRIPTION !

Vous aimez le cinéma, vous êtes mal ou non-voyant ou vous voulez donner votre avis sur l’audiodescription ? Alors devenez juré du Marius 2019 de l’audiodescription !

Le panel de la CFPSAA suit depuis de nombreuses années le développement et la qualité de l’audiodescription selon les attentes des déficients visuels. Fort de cette expérience, en 2018, il a décidé de récompenser la meilleure audiodescription d’un film afin que la voix des déficients visuels soit entendue et que l’on prenne en compte leurs attentes. Le Marius de l’Audiodescription est donc né et a été remis officiellement au film "Petit paysan", décrit par Morgan Renault pour Titra Films, le 28 février dernier au CNC (Centre National du Cinéma et de l’Image Animée. Cet évènement a remporté un succès certain auprès du grand public, des médias ainsi que des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Pour poursuivre la promotion et le développement de l’audiodescription, le panel de la CFPSAA renouvelle l’opération et lance l’édition 2019 du Marius de l’Audiodescription. Le jury est essentiellement composé de personnes aveugles ou malvoyantes, dont la candidature a été validée par les organisateurs après réponse à un questionnaire d’identification et approbation du règlement du Prix, avant le 15 janvier 2019. Aucune compétence ou connaissance cinématographique n’est exigée, seule l’envie de participer à un projet où les déficients visuels sont au cœur d’un sujet qui les touche. Le vote s’effectue à partir de la liste des sept films nominés par l’Académie des César dans la catégorie « Meilleur film ».

Si vous souhaitez joindre l’utile à l’agréable en participant, merci de vous enregistrer auprès de la CFPSAA avant le 15 janvier 2019 à l’adresse mail : marius-audiodescription@orange.fr

Au plaisir de vous compter parmi les Jurés et à bientôt ! Les membres du panel de la CFPSAA

Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) REVALORISATION AAH ET MODIFICATION DU PLAFOND DE RESSOURCES EN COUPLE

Décret n° 2018-948 du 31 octobre 2018 relatif à la revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés et à la modification du plafond de ressources pour les bénéficiaires en couple Publics concernés : bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Objet : revalorisation exceptionnelle du montant de l’allocation adultes handicapés et modification du calcul du plafond de ressources pour les bénéficiaires en couple. Entrée en vigueur : le texte s’applique à compter des allocations dues au titre du mois de novembre 2018. Notice explicative : le décret procède à la revalorisation exceptionnelle de l’allocation aux adultes handicapés afin de porter son montant à 860 euros pour les allocations dues à compter de novembre 2018. Il procède à la modification du coefficient multiplicateur permettant le calcul du plafond de ressources pour les bénéficiaires de cette allocation en couple. Références : le décret peut être consulté sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr). Retour sommaire

2-B) DÉCRET CRÉATION CONSEIL INCLUSION DANS L’EMPLOI

Décret n° 2018-1002 du 19 novembre 2018 relatif à la création du conseil de l’inclusion dans l’emploi.

Publics concernés : sociétés et associations recrutant des personnes éloignées de l’emploi, ainsi que leurs réseaux et représentants ; services de l’État et collectivités territoriales.

Objet : création du conseil de l’inclusion dans l’emploi.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : le texte a pour objet de créer, auprès du ministre chargé de l’emploi, un conseil de l’inclusion dans l’emploi chargé notamment de formuler des propositions et de concourir à la conception, à l’élaboration et au suivi des politiques d’inclusion dans l’emploi, en réalisant des évaluations et en diffusant les bonnes pratiques de l’inclusion dans l’emploi. Il en précise les missions, la composition et les modalités de fonctionnement.

Références : le décret, ainsi que les textes qu’il modifie peuvent être consultés, dans leur rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance : (http://www.legifrance.gouv.fr).

Le conseil de l’inclusion dans l’emploi a pour missions :

1° De formuler des propositions en matière de politiques d’inclusion dans l’emploi, notamment des jeunes peu qualifiés, des chômeurs de longue durée, des bénéficiaires de minima sociaux et des travailleurs handicapés, en s’appuyant en particulier sur les expériences locales et sur les réformes menées hors du territoire national ; 2° De recenser et diffuser les bonnes pratiques en matière d’inclusion dans l’emploi et de favoriser les solutions et les pratiques innovantes ; 3° De concourir à la conception, à l’élaboration et au suivi des politiques d’inclusion dans l’emploi, notamment des expérimentations réalisées en la matière ; 4° D’assurer le suivi du développement des démarches de responsabilité sociale et des innovations concourant à l’inclusion dans l’emploi ; 5° De développer et d’encourager les échanges sur l’inclusion dans l’emploi entre toutes les entreprises, quel que soit leur statut juridique, qu’elles bénéficient ou non de financements publics à cette fin. Le conseil de l’inclusion dans l’emploi peut être saisi de toute question par le ministre en charge de l’emploi. Il peut associer à ses travaux des personnalités extérieures, qu’il choisit en raison de leur compétence ou de leur fonction.

Retour sommaire

2-C) DÉCRET SUR L’EXPÉRIMENTATION PAR LES ENTREPRISES ADAPTÉES POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES

Décret n° 2018-990 du 14 novembre 2018 relatif à l’expérimentation par les entreprises adaptées d’un accompagnement des transitions professionnelles des travailleurs handicapés vers les autres employeurs.

Publics concernés : travailleurs reconnus handicapés par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées ; entreprises adaptées ; employeurs. Objet : mise en œuvre de l’expérimentation par les entreprises adaptées volontaires d’un accompagnement des transitions professionnelles afin de favoriser la mobilité professionnelle des travailleurs handicapés volontaires vers les autres entreprises en recourant au contrat à durée déterminée conclu en application du 1° de l’article L. 1242-3 du code du travail.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : le décret a pour objet de définir les modalités de mise en œuvre de l’expérimentation, qui prend fin au plus tard le 31 décembre 2022, d’un accompagnement des transitions professionnelles des travailleurs handicapés volontaires vers les autres employeurs, dans le cadre du contrat à durée déterminée. Les entreprises expérimentent la mise en place d’un parcours d’accompagnement individualisé de transition professionnelle dans le cadre d’un contrat à durée déterminée conclu pour une durée comprise entre 4 mois minimum et 24 mois maximum hors cas de dérogations prévus par la loi. Le décret précise le montant de l’aide financière versée aux entreprises adaptées dans le cadre de cette expérimentation.

Références : le présent décret est consultable sur le site Légifrance (www.legifrance.gouv.fr). JORF n°0264 du 15 novembre 2018 - Texte 19

Retour sommaire

2-D) RESTE À CHARGE DU HANDICAP

Question écrite - 15e législature Question écrite n° 06727 de M. Michel Raison (Haute-Saône - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 13/09/2018 - page 4649 M. Michel Raison interroge M. le Premier ministre sur l’article L. 146-5 du code de l’action sociale et des familles créé par l’article 64 de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Cet article dispose que « chaque maison départementale des personnes handicapées gère un fonds départemental de compensation du handicap chargé d’accorder des aides financières destinées à permettre aux personnes handicapées de faire face aux frais de compensation restant à leur charge ». Il est ainsi prévu que ce reste à charge ne peut, dans la limite des tarifs et montants visés au premier alinéa de l’article L. 245-6 du même code, excéder 10 % des ressources personnelles du bénéficiaire nettes d’impôts dans des conditions définies par décret. Il apparaît toutefois que le décret d’application n’a jamais été publié, créant au niveau national d’importantes distorsions dans la prise en charge selon les départements et provoquant une rupture d’égalité. Dans un arrêt du 24 février 2016, le Conseil d’État a pourtant enjoint au Premier ministre de publier le décret d’application dans le délai de neuf mois sous astreinte de 100 euros par jour à l’encontre de l’État au-delà de cette échéance. Au regard de ces éléments et alerté par la situation d’un jeune garçon handicapé dont les parents ne peuvent financer le reste à charge de son fauteuil électrique verticalisateur, il le remercie de lui préciser dans les meilleurs délais l’état d’avancement des consultations engagées sur la rédaction de ce décret ainsi que le délai dans lequel il sera publié. Réponse du Premier ministre publiée dans le JO Sénat du 25/10/2018 - page 5448 La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 consacre le principe du droit à compensation pour la personne handicapée afin de « faire face aux conséquences de son handicap dans sa vie quotidienne pour vivre en milieu ordinaire ou adapté ». La prestation de compensation du handicap (PCH) est l’un des outils de cette compensation, destinée à couvrir les surcoûts de toute nature liés au handicap dans la vie quotidienne. La loi du 11 février 2005 prévoit que les frais de compensation restant à la charge du bénéficiaire de la PCH n’excèdent pas 10 % de ses ressources personnelles nettes d’impôts, dans des conditions définies par décret. Toutefois, en raison des imprécisions de ce texte, de difficultés opérationnelles, et d’un besoin de concertation avec les départements, il est apparu nécessaire de construire avec eux les conditions de faisabilité d’un dispositif garantissant un niveau de reste à charge de 10%. C’est pourquoi le Gouvernement soutient la proposition de loi présentée par M. Berta, qui a été adoptée par l’Assemblée nationale en première lecture le 17 mai 2018. Cette proposition de loi prévoit une expérimentation menée pour une durée de trois ans : dans les départements volontaires, les frais de compensation restant à la charge du bénéficiaire de la PCH, qui ne peuvent excéder 10 % de ses ressources, seront pris en charge par le fonds départemental de compensation, dans la limite de ses financements. Plusieurs départements, en particulier le Finistère, le Gard, les Hauts-de-Seine se sont déjà déclarés volontaires pour participer à cette expérimentation. Cette proposition n’épuise pas les travaux que le Gouvernement souhaite engager en matière de compensation du handicap. Dans les suites qui seront données aux propositions du rapport « Plus simple la vie » sur la simplification du parcours administratif des personnes en situation de handicap, remis le 28 mai 2018 par M. Adrien Taquet et M. Jean-François Serres au Premier ministre, à la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et au secrétaire d’État auprès du ministre de l’action et des comptes publics, et dans la perspective de la conférence nationale du handicap, un groupe de travail sera mis en place au dernier trimestre 2018, en vue d’une refonte des prestations, pour une meilleure effectivité du droit à la compensation, en particulier pour les enfants et jeunes de moins de vingt ans. Site Mon Sénat Retour sommaire

2-E) SÉNAT : MAINTIEN DU COMPLÉMENT DE RESSOURCES POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES

Dans le cadre de l’examen des crédits de la mission "Solidarité, insertion et égalité des chances" du projet de loi de finances (PLF) pour 2019, ce mercredi 7 novembre, la commission des finances du Sénat - à l’initiative des rapporteurs spéciaux Arnaud Bazin et Éric Bocquet - a adopté, à l’unanimité, un amendement de suppression de l’article 83 du PLF, afin de maintenir l’existence du complément de ressources pour les personnes handicapées. Le Gouvernement proposait la suppression de ce complément de ressources - d’un montant mensuel de 179 euros - qui constitue, avec la majoration pour la vie autonome (MVA), les deux compléments de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Justifiée par le Gouvernement comme un impératif de simplification, cette suppression ne constitue, en réalité, aux yeux des rapporteurs spéciaux, qu’un regrettable moyen d’économie budgétaire visant les personnes les plus sévèrement handicapées. Ils précisent, ainsi, dans leur rapport, que "le nombre de bénéficiaires (67 000 personnes) ne peut être invoqué comme constitutif d’un surcroit de charge de travail pour les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), qui gèrent plus de 4 millions de demandes par an, et traitent automatiquement et simultanément les demandes de complément de ressources et d’AAH". Ainsi, la suppression du complément de ressources priverait « au mieux » les bénéficiaires du complément de ressources de 75 euros par mois s’ils sont éligibles à la MVA, et constituerait "au pire", pour ces bénéficiaires, une perte sèche de 179 euros mensuels. La note de présentation et sa synthèse sont disponibles sur le site du Sénat Retour sommaire

3)- ACTUALITÉS SOCIALES

3-A) COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DU HANDICAP (CIH) : LA CNSA ACCOMPAGNERA LA SIMPLIFICATION DES DÉMARCHES AUPRÈS DES MDPH

Réuni le 25 octobre 2018, le comité interministériel du handicap (CIH) a défini 5 grandes priorités pour simplifier la vie des personnes en situation de handicap. Il a également déterminé les 5 grands chantiers qui seront menés d’ici juin 2019. La CNSA continuera d’accompagner les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) dans les mesures de simplification des démarches des usagers et la mise en place de leur système d’information commun.

3 piliers et 5 grandes priorités La première feuille de route du gouvernement en faveur du handicap, mise en place le 20 septembre 2017, est renforcée par 3 piliers qui doivent soutenir l’action du gouvernement : • La participation effective des personnes en situation de handicap à la co-construction des politiques publiques ; • La simplification de l’accès au droit ; • La conception universelle : penser notre politique pour tous en amont et non à posteriori Les 5 grandes priorités fixées lors de ce CIH pour simplifier la vie des personnes sont : • La simplification des démarches • La scolarisation • L’emploi • L’accès aux soins • La participation et l’autonomie des personnes par les nouvelles technologies L’action de la CNSA engagée au quotidien auprès des maisons départementales des personnes handicapées, la CNSA sera particulièrement mobilisée sur les deux axes suivants : Simplifier le fonctionnement des MDPH, améliorer les délais de réponse et harmoniser la qualité de service. La CNSA poursuit le pilotage de la modernisation des outils de traitement des demandes des MDPH et accélère le déploiement de leur nouveau système d’information commun conformément au référentiel défini par décret du 17 mai 2017. À ce titre, la CNSA a réalisé 13 réunions interdépartementales sur le sujet avec l’ensemble des directions des conseils départementaux et les MDPH, et a rencontré 91 MDPH. Aujourd’hui, 100 % des MDPH sont engagées dans le pré déploiement du système d’information commun intégrant une solution de dépôt en ligne des demandes des usagers. D’ici fin 2019, le système d’information sera complètement déployé : 30 MDPH seront utilisatrices du SI commun à la fin du 2e trimestre 2019 et 100 % des MDPH fin 2019 pour davantage de qualité de service, d’équité de traitement des personnes handicapées, de modernisation et de simplification pour les agents. Outiller les professionnels pour faciliter l’anticipation de la rentrée scolaire des élèves en situation de handicap La CNSA accompagne la scolarisation des enfants en situation de handicap en diffusant un vade-mecum de la rentrée scolaire (PDF 950 Ko) rédigé conjointement avec la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESO). Et elle continuera d’assurer un suivi de la transformation de l’offre médico-sociale en matière d’accompagnement des personnes handicapées. Une conférence nationale du handicap entre novembre 2018 et mai 2019 Le CIH a annoncé que la Conférence nationale du handicap se déroulera de novembre 2018 à mai 2019. Elle permettra de valoriser les initiatives citoyennes autour du handicap sur l’ensemble du territoire. Un comité de pilotage sera mis en place afin de labelliser les pratiques et événements remarquables qui lui seront transmis. Aussi, 5 grands chantiers de travail seront ouverts et conduits par des groupes nationaux pour améliorer le quotidien des personnes et fluidifier les parcours : • Mettre en œuvre une meilleure compensation du handicap par une prestation de compensation du handicap rénovée afin de mieux prendre en compte les besoins des personnes. • Mieux prendre en charge les besoins de compensation des enfants en revisitant les dispositifs actuels. • Trouver des alternatives au départ non souhaité de nos concitoyens en Belgique. • Interroger le statut et la gouvernance des maisons départementales des personnes handicapées pour un pilotage plus efficient de la réponse aux personnes. • Assurer une pleine représentation des personnes en situation de handicap dans la construction des politiques publiques. Les quatre premiers chantiers seront confiés à des groupes de travail nationaux qui associeront tous les acteurs concernés. Le cinquième sera confié à un parlementaire et une personne en situation de handicap. Cette grande conférence nationale du handicap sera clôturée par le Président de la République en juin 2019. Lettre de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) – Novembre 2018 Retour sommaire

4)- ACTUALITÉS FRANÇAISE DU HANDICAP

4-A) LETTRE DU COMITÉ D’ENTENTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Monsieur le Président de la République, Vous avez annoncé, au début de l’été 2018, votre intention de lancer un large débat national afin de mieux prendre en compte, dans le cadre de la solidarité nationale, les risques liés à la « dépendance ». Cette consultation devrait aboutir à une loi au printemps 2019. La ministre des solidarités et de la santé a lancé, le 1er octobre dernier, cette concertation intitulée « Grand âge et Autonomie ». Le Comité d’entente salue cette initiative et il est totalement solidaire d’une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des personnes âgées et de leurs aidants. Cependant, nous sommes étonnés de ne pas être directement associés à ce débat qui nous concerne pourtant tout particulièrement. Il nous concerne tout d’abord sur les sujets qualifiés de « transversaux » : ceux relatifs aux personnes en situation de handicap vieillissantes, au soutien aux aidants, à la protection juridique des majeurs et à la promotion de la bientraitance. Les sujets communs avec le secteur des personnes âgées ne manquent pas et les offres de services sont souvent les mêmes : services d’aides humaines – dont les SAAD en grande fragilité économique, les distributeurs d’aides techniques, l’adaptation du logement, les transports adaptés, … C’est dans ce sens que les parlementaires avaient voté en 2005 (loi « handicap » du 11 février 2005), la suppression de toute barrière discriminante liée à l’âge, avec pour objectif un droit universel à compensation qui couvre tous les besoins d’aides à l’autonomie et ce, quel que soit l’âge et la situation des personnes. Aujourd’hui, vous le savez, les restes à charges financiers restent conséquents pour les personnes en situation de handicap et leur famille, en matière d’aides humaines, d’aides techniques, d’aménagement du logement ou du véhicule, et un certains nombres de surcoûts quotidiens sont liés au handicap….. certains besoins (activités domestiques, aide à la parentalité, ….) ne sont toujours pas pris en compte par la prestation de compensation et certaines populations restent encore exclues de ce droit. Les associations du Comité d’entente doivent être présentes dans les débats qui aborderont, entre autre :
-  la création d’un nouveau risque dépendance : quelle articulation avec le droit à compensation et avec la prestation de compensation ?
-  la gouvernance : quelle évolution de la CNSA, dont nous sommes parties prenantes ?
-  l’évolution du rôle des conseils départementaux, qui pilotent les politiques de l’autonomie et de l’accès aux droits, pour les personnes en situation de handicap ;
-  le financement de ce nouveau risque, … Ainsi, de nombreux besoins des personnes en situation de handicap, des personnes âgées et de leurs aidants convergent, même s’il y a des attentes et des réponses spécifiques à apporter à chacun. Le handicap ne peut pas être exclu de ce débat et de cette consultation nationale. Aussi, nous vous sollicitons officiellement, Monsieur le Président de la République, pour que nos associations participent à cette consultation afin de l’enrichir. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de notre plus haute considération.

La copie de ce courrier a été adressée à :

Monsieur Edouard PHILIPPE, Premier Ministre. Madame Agnès BUZYN, Ministre des solidarités et de la santé ; Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées ; Madame Marie FONTANEL, conseillère solidarités et santé auprès du Président de la République ; Madame Dominique GILLOT, Présidente du CNCPH ; Monsieur Dominique LIBAULT, Président du Haut Conseil du financement de la protection sociale ; Marie-Anne MONTCHAMP, Présidente de la CNSA ; Monsieur Denis PIVETEAU, Président de la Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance. Retour sommaire

4-B) FEUX EN PÉRIL

Sous la pression d’élus écologistes, des municipalités suppriment des feux tricolores pour fluidifier la circulation automobile, oubliant généralement de prendre en compte les conséquences pour les piétons aveugles ou à mobilité réduite. Enquête.

Bordeaux, Lyon Villeurbanne, Rouen, Grenoble, Paris : les suppressions de feux tricolores sur carrefours ou de traversées piétonnes se multiplient. Et par conséquent la sonorisation des traversées piétonnes disparaît. Elle permet pourtant aux piétons déficients visuels de repérer un passage piéton puis de traverser en sécurité dès que la ritournelle se fait entendre. "Bordeaux a supprimé les feux tricolores sur 45 intersections, précise Christophe Damas, chargé d’études au groupe Conception et Gestion des Réseaux du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement). Grenoble a supprimé huit traversées dont une a été remise en route. A Rouen la presse a évoqué des difficultés initiales puis la concertation a eu lieu et il n’y a plus de problèmes." Concertation : le mot est lâché, ou plutôt absence de réelle concertation comme l’ont dénoncé en mai dernier plusieurs associations grenobloises de personnes handicapées en interpellant le maire et le président de l’agglo : "Nous, les associations représentant les personnes en situation de handicap [...] lançons de nouveau un appel vers vous pour stopper le projet de suppression des feux place Victor Hugo et pour renouer avec une véritable concertation sur la politique de suppression des feux tricolores que vous menez." Devant l’annonce d’une manifestation publique, ces élus ont remis ces feux en service. La concertation préalable n’avait pas pris en compte les explications et propositions de ces associations, élus et techniciens de la ville s’étaient abstenus de participer à des mises en situation : "Aucun élu ne s’est déplacé lors de la manifestation qui s’est tenue place Victor Hugo en présence de la presse le 28 mars dernier, ce qui est très dommage car une mise en situation leur aurait permis de se rendre compte de nos difficultés", protestaient ces organisations dans leur communiqué du 9 mai dernier.

Grenoble et Villeurbanne concertent... Ce mouvement a conduit les autorités à discuter et plusieurs réunions de travail avec les associations de personnes handicapées ont eu lieu, précise Marie-Christine Pineri, référente accessibilité du comité isérois de l’Association Valentin Haüy : "Le 12 juin, les élus se sont engagés à relancer la concertation avec les associations, ont invité les associations à faire partie du comité de pilotage ’Métropole apaisée’ et se sont engagés à convier les associations à des échanges réguliers sur la suppression des feux dont la première portera sur la grille d’analyse des suppressions des feux." Cette grille d’analyse leur a été présentée le 6 septembre, ainsi que la "méthodologie de la démarche de réduction des carrefours à feux (information systématique des usagers des tests prévus, participation des représentants d’usagers aux tests, transparence dans la diffusion des éléments d’évaluation, revues de projets bimestriels, propositions d’aménagements alternatifs ou compensatoires...)". La concertation va se poursuivre dans "une volonté désormais affirmée d’inclure les associations représentant les personnes en situation de handicap obtenue grâce à une mobilisation forte et soudée des associations", conclut Marie-Christine Pineri.

A Villeurbanne (Rhône), deux adhérents déficients visuels du CDTHED ont signalé leurs difficultés du fait de travaux sur les artères empruntées par une ligne de bus, la C3 qui dessert le centre de Lyon. "Il y avait des feux sonores avant les travaux, mais plus depuis au carrefour Grand Clément qui a beaucoup de circulation automobile dans les deux sens, relate Thierry Guillet. Les feux sont aussi supprimés au Totem, cours de la République, pour fluidifier le trafic. Pour nous c’est compliqué sans feux sonores." Interrogé, le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) affirme avoir informé et concerté : "Une réunion de présentation du projet aux associations a été organisée en mars 2015, dans le cadre du groupe de travail ’transport public’ de la commission accessibilité de la Métropole, piloté par le Sytral", précise sa porte-parole. Après des visites de terrain, divers aménagements ont été réalisés, tel un "marquage provisoire spécifique pour les chiens guide et [le déplacement de] mobilier urbain provisoire gênant." A la fin du chantier, d’ici la fin de l’année, chaque traversée avec feu tricolore doit être sonorisée, sauf au Totem : "La disparition de la synthèse vocale est une conséquence de la transformation du Totem en giratoire. Les carrefours n’étant plus gérés par des feux, il n’y a plus de balise sonore associée. Le giratoire est désormais aménagé en plateau surélevé afin de ralentir les véhicules (voitures et bus), et ainsi garantir davantage de sécurité que la configuration précédente." Les associations n’ont donc pas proposé que soient installées des balises sonores signalant vocalement ces traversées sans feux ? La technologie existe pourtant….

…Mais pas Paris. Pas de telle concertation à Paris où les habitants d’un quartier du 14e arrondissement ont eu la surprise en novembre 2017 d’expérimenter l’arrêt des feux tricolores de huit traversées piétonnes sur carrefours de rues à sens unique, Pernéty et Raymond Losserand. "On assume, y compris de ne pas avoir demandé l’avis des habitants du quartier si oui ou non on aurait pu faire cette expérimentation parce que on savait que là, ce serait non", a crânement déclaré la maire de cet arrondissement, Carine Petit, lors d’une réunion publique organisée le 11 décembre 2017 dans une école, un mois après l’extinction de ces feux. Un propos que l’on aurait aimé vérifier auprès de la maire du 14e, mais après que son cabinet eut organisé un rendez-vous téléphonique, Carine Petit s’est mise aux abonnés absents. En fait, c’est le groupe écologiste qui a fait adopter au Conseil de Paris du 30 janvier 2017 un voeu visant à éteindre des feux tricolores parce qu’ils occasionneraient trop d’accidents, pour réduire la vitesse des véhicules mais aussi les frais d’entretien et de fonctionnement desdits feux. Il restait à trouver un lieu d’expérimentation, la maire du 14e s’est portée volontaire et la sélection du quartier Pernéty s’est faite sans consultation des habitants. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, vante pourtant sa démocratie participative...

Dans une vidéo diffusée sur la chaine Youtube Télé14, des habitants ou usagers fréquents, déficients visuels, racontent leur découverte sans information préalable ni panneautage de l’arrêt brutal des feux. Catherine Grimaud relate comment elle doit désormais se déplacer. De même que Christian Leroux, stagiaire au centre de formation pour personnes déficientes visuelles Forja et Christine Frémont qui y travaille ; laquelle explique tout l’intérêt de disposer de feux sonorisés, et ce qu’ils ont facilité dans ses déplacements quotidiens. "Le véhicule sera toujours plus fort que le piéton, déplore Christian Leroux. J’en fais l’amère expérience au quotidien. A chaque fois où je dois traverser ce carrefour à l’angle de la rue Losserand et de la rue Pernéty, les véhicules ne respectent aucunement ni les limitations de vitesse [et] bien sûr le piéton, malvoyant pour ma part [se] retrouve en réel danger." Le périmètre d’expérimentation comptait, outre une soixantaine de commerces, six établissements scolaires et trois médico-sociaux pour personnes handicapées. Au terme d’une expérimentation de six mois, la mairie a décidé la suppression définitive des feux sur six des sept carrefours testés, après avoir informé la population lors d’une réunion publique le 17 septembre dernier, une présentation assez confuse et peu probante en l’absence de comparatif avant-après selon Catherine Grimaud. Celle-ci a contacté à plusieurs reprises la mairie du 14e, la cheffe de cabinet de la maire lui a demandé d’écrire, ce que Catherine Grimaud a fait sans recevoir la moindre réponse : une habitude ? Président du comité francilien de l’AVH, Philippe Paugam explique que l’association "s’est ralliée à l’inquiétude d’associations du quartier. On constate la mise en danger d’une population. C’est un peu vite fait, vite emballé, on nous dit que les feux tricolores sont plus dangereux pour les automobilistes que pour les piétons. Et les véhicules vont être de plus en plus silencieux." L’AVH s’est inquiétée de cette expérimentation auprès de l’adjoint au handicap au Conseil de Paris, Nicolas Nordman, sans réponse (décidément...). Et Philippe Paugam ne peut que constater, sans interlocuteur, la dégradation des équipements d’accessibilité pour des piétons déficients visuels délaissés dans Paris.

Quels ont été les résultats de l’expérimentation dans le quartier Pernéty ? "Globalement les vitesses n’ont pas évolué, commente Christophe Damas ; ni dans un sens ni dans l’autre, sur tous les points de mesure. La Zone 30 est plutôt très bien respecté avec une vitesse moyenne de 22 km/h." Il concède ne pas avoir réalisé d’observations ou enquête spécifique auprès des usagers handicapés, ajoutant qu’un groupe de travail doit associer le responsable de la commission accessibilité de la CFPSAA, Thierry Jammes. "On cherche une date avec lui et des éducateurs en locomotion pour restituer les besoins des piétons déficients visuels lorsqu’on supprime des feux, élaborer une grille d’analyse remise aux villes et autorités sur les points de vigilance, des préconisations et exclusions de dépose des feux, des mesures compensatoires éventuelles. On n’exclut rien du tout, en matière d’équipement des feux, par déclenchement ou télécommande." Un travail réalisé après l’expérimentation et non pendant, entre spécialistes mais sans les habitants qui vont devoir quotidiennement faire avec, dans l’espoir qu’un jour les gens qu’ils ont élus pensent enfin à eux...

Laurent Lejard, novembre 2018. – Yanous n° 518

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) SUR LE TRAITÉ DE MARRAKECH

Déclaration du Président de l’UMA – Extrait :

L’Union Mondiale des Aveugles reste un porte-parole actif et efficace à l’heure de représenter les intérêts des aveugles et des malvoyants dans le monde.

Comme vous le savez, depuis que le Traité de Marrakech a été adopté en juin 2013, nous travaillons avec nos membres nationaux pour obtenir la ratification d’autant de pays que possible. Plus les pays ratifiant le Traité seront nombreux, plus grand sera le nombre de livres mis à disposition et distribués.

Le lundi 1er octobre 2018, l’Union Européenne et le Japon ont rejoint le Traité de Marrakech, déposant leurs instruments de ratification auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Les États-Unis devraient suivre prochainement.

Le 25 septembre 2018, la Chambre des représentants américaine a voté la Loi sur la mise en œuvre du Traité de Marrakech, ouvrant la voie à l’adhésion au Traité de la part des États-Unis. Le Président Trump n’a plus qu’à signer la loi et à ordonner au Département d’État américain de déposer l’instrument de ratification auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle.

Le Traité de Marrakech et le développement des dispositifs de lecture du braille dynamique low cost signifient qu’un nombre incalculable d’enfants et adultes aveugles dans le monde vont enfin pouvoir accéder au monde de l’impression. Or l’impact sur l’éducation et sur l’emploi n’est pas à négliger. Mais rien de ceci n’arriverait sans un plaidoyer vigoureux.

Rubrique : « Depuis le bureau du Président » de l’UMA. Bulletin de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles) – Octobre 2018

Retour sommaire

5-B) L’UE RATIFIE LE TRAITÉ DE MARRAKECH ET ÉCRIT UN NOUVEAU CHAPITRE DU DROIT À LA LECTURE POUR LES PERSONNES AYANT DES DIFFICULTÉS À LA LECTURE DES CARACTÈRES IMPRIMÉS

Communiqué de presse :

Lors de l’Assemblée Générale de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) réunie le 1er octobre, l’Union Européenne a ratifié le Traité de Marrakech, engageant ainsi ses 28 États membres. Ce Traité facilite la production et l’échange transfrontières d’ouvrages sous format accessible (braille, audio, etc.) dans le cadre d’un système législatif contraignant d’exceptions nationales au droit d’auteur.

« Il s’agit d’une étape majeure vers la fin de la soif de livres pour les millions de personnes dans le monde — 30 millions rien qu’en Europe —, qui sont aveugles, malvoyantes ou qui ne peuvent pas lire le livre imprimé », déclare Wolfgang Angermann, Président de l’Union Européenne des Aveugles (UEA). « Le traité facilite l’accès à la culture et à l’éducation, c’est assurément l’un des éléments permettant aux personnes non ou malvoyantes d’accéder à l’emploi et à s’insérer dans notre société numérique moderne ».

L’UEA a mené une campagne intensive en faveur de ce traité et à travers nos membres nous allons en surveiller l’application. Nous appelons maintenant le reste des pays à rejoindre le Traité et prions les pays de l’UE qui n’ont pas encore mis en place la directive malgré la date-butoir du 11 octobre de le faire sans attendre. Pour lire le communiqué de presse en intégralité, allez sur le site web de l’UEA.

Bulletin de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles) – Octobre 2018

Retour sommaire

5-C) RENCONTRE AVEC DILIYAN, AVEUGLE, DÉLÉGUÉ DE LA JEUNESSE AUPRÈS DES NATIONS UNIES (BULGARIE)

Je m’appelle Diliyan Manolov, j’ai 25 ans et je suis aveugle. Je suis l’un des deux délégués de la jeunesse auprès des Nations Unies pour la Bulgarie, pour une période de 18 mois courant sur 2018-2019. Être délégué de la jeunesse auprès des Nations Unies pour la Bulgarie vient culminer mon désir de travailler pour l’égalité et l’inclusion des jeunes personnes aveugles et malvoyantes dans la société. C’est également un pas de plus pour moi en matière de participation de la jeunesse dans la confection des politiques.

En Bulgarie, le programme des délégués de la Jeunesse auprès de l’ONU est en place depuis 12 ans maintenant, et il est coordonné depuis l’Association des Nations Unies en Bulgarie en étroite coopération avec le Ministère des Affaires Étrangères bulgare. Pour devenir délégué de la jeunesse auprès de l’ONU, il faut se soumettre à une procédure très sérieuse et très longue (quatre phases de candidature en quatre mois), avec une évaluation de dossier, des entretiens sous forme de panel avec les partenaires institutionnels, les ONG, etc. Les deux délégués travaillent au plan national et international pendant un mandat de 18 mois. Ils se rendent deux fois aux Nations unies au cours des Assemblées Générales et à l’ECOSOC pour la Commission pour le développement social. Le travail au plan national est ce qui fait le lien entre les jeunes, les politiques de l’ONU et les programmes au niveau national. Les délégués pour la jeunesse se livrent à une étude parmi les jeunes, organisent des actes de sensibilisation au sujet des priorités qui les occupent, parlent de politiques avec les institutions pertinentes, développent des campagnes, etc.

Moins de 40 pays gèrent ce programme de la Jeunesse des Nations Unies, et je les encourage à aller jeter un œil sur le site du DESA de l’ONU : https://www.un.org/development/desa... et à consulter le profil du programme bulgare : https://www.un.org/esa/socdev/unyin...

Au troisième Comité de l’Assemblée Générale de l’ONU, qui a eu lieu à New York en octobre, mon collègue délégué Yavor Gochev et moi avons présenté les avis et les priorités des jeunes en Bulgarie. Nous avons axé notre déclaration sur une éducation de qualité et sur l’entreprenariat comme solution aux taux élevé de chômage chez les jeunes. Nous organisons conjointement trois événements parallèles sur l’emploi des jeunes, l’éducation de qualité et l’inclusion totale pour les personnes handicapées, sans oublier un axe consacré à la privacité à l’ère numérique.

Je crois que toutes les personnes handicapées devraient adopter une attitude proactive et chercher la façon d’apporter leur contribution à notre monde. Le développement et la mise en œuvre de politiques n’auront rien d’efficace sans la contribution des personnes à qui elles sont destinées. C’est pourquoi je m’investis sur le plan politique, car j’aimerais que la situation de statu quo change et pouvoir travailler avec les jeunes pour une meilleure éducation et le développement de capacités sociales et professionnelles. Il faut vivre ses propres passions et aussi intensément que possible les choses que l’on aime.


Diliyan Manolov est également acteur et écrivain et il poursuit actuellement un doctorat en psychologie du développement. Il dirige la fondation VIZIONER, qui éduque et forme des personnes handicapées visuelles dans divers domaines de compétences.

Bulletin de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles) – Octobre 2018

Retour sommaire

8) EMPLOI

8-A) JOB DATING DÉDIÉ AUX CANDIDATS EN SITUATION DE HANDICAP 13 DÉCEMBRE 2018

Dans le cadre du partenariat avec PASSCAP & Agefos PME, un jobdating dédié au recrutement de personnes en situation de handicap est organisé le 13 Décembre 2018 avec diverses offres d’emplois à pourvoir en CDD et CDI.

Rappel de la procédure suivie pour l’envoi de candidatures pour le Jobdating :

1) LB développement réalise une présélection et des entretiens téléphoniques avec les candidats suite à la réception des CV. 2) Si le profil est retenu suite à l’entretien téléphonique, le candidat est invité pour un entretien avec l’entreprise lors du jobdating. Il n’est pas possible de positionner les candidats directement à cet évènement S’agissant de poste en CDD ou CDI et non en alternance, seul les candidats dont le profil correspond aux exigences du poste seront sélectionnés pour être reçu en entretien par la ou les entreprises proposant un poste correspondant à son profil. Les candidatures sont à adresser à recrut@lbdeveloppement.com en précisant « Jobdating handicap 13 décembre 2018 ». Les opportunités de postes :

Secteur Administratif / Support / Commercial

Assistant administratif H/F Société Handea

CDD Temps plein (8h30-17h) - Poste basé à Nanterre (92) Expérience en administratif et/ou secretariat appréciée Rémunération : 1550$ brut + indemnité repas + 13 ème mois + 50% Pass Navigo

Secrétaire Médicale H/F Société Bioclinic

CDI Temps plein : Amplitude flexible 7h-19h et 7h-13h le samedi – Ile de France Formation de secrétaire médicale ET Expérience en laboratoire souhaitée Rémunération : Selon profil et diplôme

Secrétaire H/F Société Expertise et Audit Lafarge

CDD Temps plein (9h- 17h) - Poste basé à Paris 11ème Maitrise de l’outil informatique et bonne expression orale et écrite requise Rémunération : Selon profil et diplôme et Chèque repas + Intéressement 20%

Assistant de gestion (Commande) H/F Société Marquetis Call

CDI temps plein (9h-17h) - Poste basé au Plessis Robineson (92) Diplôme Bac + 2 dans le domaine de l’assistanat exigé Rémunération : 1600/1700 Brut + Tickets restaurants et mutuelle

Chargé de clientèle en ligne H/F Société Marquetis Call

CDD temps plein (9h-17h) - Poste basé à Boulogne (92) Expérience dans la relation client à distance exigée Rémunération : 1500€ Brut + Tickets restaurants et mutuelle

Chargé de clientèle H/F Société Odity

CDI Temps plein - Poste basé à : Rueil Malmaison (92) Expérience de télépérateur/trice et Maitrise de l’outil informatique Rémunération : Selon expérience Secteur Restauration Commis de cuisine H/F et Hôte d’accueil restauration H/F Société Groupe Bertrand Restauration CDI Temps plein (Planning tournant) Diplôme CAP/BET en hôtellerie ou restauration ET/OU une expérience significative en lien l’hôtellerie restauration Rémunération : Fixe en fonction de l’expérience Poste basé à : Paris et proche banlieue parisienne

Secteur Vente Magasin

Conseiller de vente - Hôte de caisse - Préparateur de commande Articles de sport H/F Société Intersport

CDI Temps plein - Postes basés à : Villebon et Sainte Geneviève des bois (91) Débutants acceptés avec bonne présentation et bonne élocution Rémunération : Selon diplôme et expérience

Conseiller de vente H/F Société Bouygues télécom CDI ET CDD Temps plein Débutant accepté avec bonne présentation et bonne capacité commerciale Rémunération : Selon diplôme et expérience Postes basés à : Paris et IDF

Secteur Logistique Agent Logistique H/F Société ALCYON CDI Temps plein (9h-17h) - ! Attention déplacements sur Paris et région Parisienne ! Expérience dans le domaine technique ou logistique serait un plus Rémunération : Selon diplôme et expérience Postes basés à : Saint Germain en Laye (78)

Secteur Aide A La Personne

Aide à domicile - Aide ménager - Auxiliaire de vie - Garde d’enfants H/F Sociétés : Adomi Plus - Freedom Paris Sud - La garde des petits princes

CDD et CDI à temps partiel Diplôme dans le secteur exigé pour les auxiliaires de vie, Expérience apprécié pour les autres postes Rémunération : Selon diplôme et expérience Postes basés à : Paris et IDF Secteur De La Bijouterie Monteur de bijoux H/F Société Dinh Van CDI à temps plein Travail manuel de précision, Expérience dans la manipulation de bijoux souhaitable Rémunération : Selon diplôme et expérience Postes basés à : Paris 2éme Pour tout renseignement complémentaire : fanta.konte@lbdeveloppement.com LB Développement http://www.lbdeveloppement.com http://www.lbformation.com

Retour sommaire

8-B) EMPLOI/ACCESSIBILITÉ - SE BATTRE POUR TRAVAILLER

Agent de la préfecture de Police de Paris, Nathalie Barbosa a finalement obtenu un poste de travail adapté à sa cécité. Elle avait relaté en mars 2016 l’inaction de son employeur public face à l’inaccessibilité de l’outil informatique. Après avoir saisi le Défenseur des Droits, elle a été mutée dans un autre service, une plateforme téléphonique traitant les appels de situation non urgentes, puis équipée pendant l’été 2017 d’outils adaptés : bloc-notes braille avec synthèse vocale, ordinateur avec synthèse vocale Jaws et plage braille. Son employeur a également compensé son salaire à temps plein pour la période d’arrêt maladie forcé où elle était payée à mi-temps. La Préfecture de Police n’a toutefois pas encore répondu à la demande d’indemnisation que Nathalie Barbosa a déposée en mai dernier. "Si on se laisse faire, on n’a rien, conclut-elle. Il faut se battre pour ses droits."

Yanous-Actu n° 518

Retour sommaire

8-C) INCLURE SANS STIGMATISER. EMPLOI ET HANDICAP DANS LA FONCTION PUBLIQUE

Ouvrage de : Marie-Renée Guével, Dominique Perriot (Préface), Marie-Laure De Guardia (Préface), Laurent Chambaud (Postface) Enjeu sociétal fort, régulièrement mis à l’agenda politique, l’inclusion des personnes en situation de handicap, en particulier dans la fonction publique, demeure un chantier en construction. Si les avancées en termes de dispositions législatives et d’accessibilité se développent, les freins restent nombreux (contexte économique dégradé, faible qualification et état de santé des publics concernés) pouvant entraîner une forme de stigmatisation à proscrire. À travers des témoignages et des synthèses de recherche produits par des chercheurs, des professionnels et des personnes handicapées, cet ouvrage propose un éclairage inédit sur cette problématique complexe, interrogeant tour à tour le développement d’environnements de travail inclusif et les nouveaux métiers de l’accompagnement (comme le référent handicap). Rassemblant les travaux conduits dans le cadre du programme de recherche et d’échanges de pratiques « Emploi des personnes handicapées dans la fonction publique » (2012-2016), fruit d’un partenariat entre la FIPHFP et l’EHESP en collaboration avec le GEPSO, cet ouvrage intéressera à la fois les chercheurs, les professionnels, les employeurs et le grand public sensibilisé à cette question. Presse de l’EHESP – Collection « Regards croisés » Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) LE GIAA LANCE LA DEUXIÈME SAISON DU CERCLE DES AIDANTS DE DÉFICIENTS VISUELS

L’arrivée d’un handicap bouleverse le quotidien des personnes concernées et impacte leur entourage. Le Cercle des Aidants de Déficients Visuels intervient comme lieu d’expression libre où les aidants échangent sur leur quotidien auprès d’une personne perdant ou ayant perdu la vue. Une fois par mois, ces réunions sont l’occasion d’échanger librement sur les difficultés du quotidien et partager ses expériences, tout en bénéficiant d’une écoute attentive et bienveillante. Pour participer à ces rencontres ou pour plus d’informations, contacter Margot BLACHÈRE au 06 02 17 36 48 ou par courriel : cadv@giaa.org GIAA - Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes 5 avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris | www.giaa.org Tél. : 01 47 34 30 00

Retour sommaire

12-B) LES ACTUALITÉS SOUFFLEURS D’IMAGES

La visite des cinq sens – prochaine visite en groupe Visite en groupe de la collection permanente du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme. Hôtel de Saint – Aignan, 71 rue du Temple 75003 Paris Le jeudi 21 février. De 11 h à 12 h 30.

Que trouve-t-on dans un musée comme le mahJ qui mêle art et histoire ? Des œuvres et des objets, des récits, des poèmes, des musiques et des contes drôles ou nostalgiques, des odeurs et des couleurs. Visite gratuite. Renseignement et inscription obligatoire au 01 42 74 17 87 ou en écrivant à souffleursdimages@crth.org.

Découvrez également, en individuel avec les souffleurs d’images, les expositions du moment au musée d’art et d’histoire du Judaïsme : « Sigmund Freud. Du regard à l’écoute » du 10 octobre 2018 au 10 février 2019 ou « David Perlov Cinéaste, photographe, dessinateur » du 2 octobre 2018 au 10 février 2019.

Plus d’informations sur les expositions, en suivant ces liens : https://www.mahj.org/fr/programme/s... https://www.mahj.org/fr/programme/d... Renseignements et réservations auprès du musée : 01 53 01 86 62 / 01 53 01 86 56 ou handicaps@mahj.org Les Nadar, une légende photographique Visitez l’exposition Les Nadar, une légende photographique, en individuel avec les souffleurs d’images. A la BNF - Site François Mitterrand Galerie 2 25 rue Emile Durkheim, 75013 PARIS Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019 Du mardi au dimanche, fermé les lundis et jours fériés. La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825 – 1903) et son fils Paul Nadar (1856 – 1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. A travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à découvrir l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie. L’exposition, organisée de manière thématique, se décline en trois parties représentatives des caractéristiques de l’entreprise des Nadar : « Les Nadar par les Nadar », « Art et industrie du portrait » et « Art et science ». Cette dernière partie de l’exposition établit les liens des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des découvertes scientifiques et techniques. Plus d’informations sur l’exposition, en suivant ce lien : http://www.bnf.fr/m/fr/m_actualites... Sherlock Holmes, son dernier coup d’archet Idée originale et interprétation Fabrice Bez et Nicolas Turon. Spectacle à découvrir avec un souffleur d’images. A l’Avant Seine, théâtre de Colombes, 88 rue Saint Denis, 92700 Colombes Du 24 au 26 janvier 2019 Le célèbre détective vous offre le privilège d’être un invité de marque dans son salon. Tweed brun et odeurs de feu de cheminée. Un incroyable direct aux côtés du célèbre détective sur les pas de son pire ennemi, Moriary. En guise d’arme irréfutable : une méthode d’investigation surprenante et hilarante.

Plus d’informations sur le spectacle en suivant ce lien : http://www.lavant-seine.com/eveneme...

Renseignements et réservations : 01 56 05 00 76

La Dama Boba ou celle qu’on trouvait idiote Comédie Rusée de Felix Lope de Véga. Mise en scène Justine Heynemann. Spectacle à découvrir avec un souffleur d’images. Au Théâtre 13, salle Jardin, 103 A, Boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris. Du 15 janvier au 17 février 2019 Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 16 h, relâche le lundi. 1 h 45 sans entracte.

Le Seigneur Otavio, riche gentilhomme de Madrid, a deux filles : l’aînée, Nise, est une jeune érudite, tandis que Finéa, la cadette, est la Dama Boba, celle qu’on trouve idiote. Laurencio, charmant poète sans le sou, entreprend secrètement de séduire la « Dama Boba » pour son argent. Contre toute attente, il apprend à connaître cette étrange jeune fille et à découvrir, au – delà des apparences, son charme singulier… mais croira – t – on à la sincérité de leur amour ? Un professeur excédé, une sœur jalouse, des valets philosophes, un poète extravagant et quelques chansons espagnoles se mêlent tour à tour à cette course folle, riche en rebondissements.

Plus d’informations sur le spectacle en suivant ce lien : http://www.theatre13.com/saison/spe...

Renseignements et réservations : 01 45 88 62 22

Contact utile : Service Souffleurs d’Images du Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH) 163 Rue de Charenton, 75012 PARIS souffleursdimages@crth.org http://crth.org/?page=souffleurs 01 42 74 17 87

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE « TOURISME & HANDICAPS »

Présence de l’Association Tourisme et Handicaps Tourisme & Handicaps au Salon AUTONOMIC MEDITERRANEE (22-23 novembre, Marseille) et à la BIENNALE DU HANDICAP ET DE L’AUTONOMIE (22 novembre, Besançon)

Avec 5285 établissements détenteurs de la marque d’Etat Tourisme et Handicap, au 1er novembre 2018*, l’Association Tourisme & Handicaps poursuit ses actions de sensibilisation et de promotion auprès des professionnels du tourisme. L’Association Tourisme & Handicaps soutient la marque d’Etat Tourisme & Handicap, dans le cadre d’un marché auprès de la Direction Générale des Entreprises (DGE) qui porte les marques du tourisme accessible : Tourisme & Handicap et Destination pour tous.

Deux rendez-vous en faveur du handicap Marseille – Parc Chanot – 22-23 novembre 2018 (Hall 1 Stand H20)

AUTONOMIC MÉDITERRANÉE est le point de rencontre de deux grandes régions : Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie qui rassemblent 815* établissements détenteurs de la marque Tourisme & handicap soit près de 17% de l’offre nationale.

Besançon – 22 novembre, de 9h30 à 17h30

L’Association Tourisme & Handicaps partagera un stand avec Doubs Tourisme lors de la Biennale du handicap et de l’autonomie**. Cette manifestation s’adresse à tous et a pour vocation de changer le regard sur le handicap par l’expérimentation et l’échange au travers de nombreuses conférences. Plus de 100 exposants mettront en valeur leurs innovations et animations. Cette biennale témoigne de l’engagement du Département du Doubs, en faveur des personnes en situation de handicap. La présence à ses côtés de l’Association Tourisme & Handicaps est le fruit d’une étroite collaboration qui s’est instaurée depuis plusieurs années.

La qualité d’usage avant tout

Si la marque d’État Tourisme & Handicap est soucieuse d’être en conformité avec la loi de 2005 sur l’égalité des Chances pour Tous – applicable au 1er janvier 2015- elle a devancé ses exigences en établissant dès 2001, date de sa création, la prise en compte des 4 handicaps majeurs : auditif, mental, moteur et visuel.

Afin d’offrir un confort d’usage allant au-delà des normes établies par la Loi, les 300 critères déjà existants de la marque Tourisme & Handicap ont été renforcés dès 2016 : l’information des publics et la signalétique, la formation du personnel d’accueil, les outils de médiation concernant les déficiences sensorielles, la sécurité des déplacements et des cheminements….

Des critères d’accessibilité sont à l’étude concernant les piscines – individuelles et publiques-, et les trains touristiques afin d’enrichir la gamme des 18 catégories de prestations : hébergements, patrimoine, sites culturels et pédagogiques, loisirs, activités de plein et sportives...

La motivation des professionnels

L’arrivée d’exigences nouvelles n’ont pas désarmé les professionnels du Tourisme et gestionnaires de sites qui les ont rapidement intégrées en sollicitant la démarche d’obtention de qualification ou en renouvelant leur qualification tous les 5 ans selon la charte de la Marque Tourisme & Handicap.

Grâce aux efforts des professionnels pour intégrer ces nouvelles exigences, la Marque Tourisme & Handicap est devenue, en France, le signe de reconnaissance unique sollicité par les clientèles à besoin spécifique et leurs familles et reconnue, en septembre 2018, pour ses bonnes pratiques par les instances européennes telle que La Fondation Design for All, créée en 2015 au Luxembourg

Pouvoir et vouloir accueillir : des évènements révélateurs. Nombreux furent les professionnels de toutes les régions qui ont participé aux deux événements organisés par l’Association Tourisme & Handicaps en 2018 : Les Journées Nationales Tourisme & Handicap qui se sont déroulées tout le mois d’avril et les Trophées du Tourisme Accessible dont La notoriété croissante impacte le nombre de candidats qui a augmenté de 40% par rapport à 2017 : 153 établissements ont fait acte de candidature en 2018 ; ils étaient 111 en 2017.

Ces deux évènements seront reconduits en avril et juin 2019.

*site des marques nationales du Tourisme : www.entreprises.gouv.fr/marq...

**Retrouvez la liste des exposants à la Biennale du handicap et de l’Autonomie sur le lien suivant : http://www.besancon.fr/index.php?p=1973

La participation de Tourisme & Handicaps au salon Autonomic Méditerranée est réalisée avec le concours de l’Agence Nationale des Chèques-Vacances (ANCV) qui permet à l’Association de mener à bien son programme.

Retour sommaire

15-B) HAMLET D’AMBROISE THOMAS À L’OPÉRA-COMIQUE

Du 17 au 29 décembre 2018

A l’occasion du spectacle HAMLET, l’Opéra-Comique propose deux représentations accessibles en audiodescription. Dates des représentations accessibles en audiodescription : • Vendredi 21 décembre à 20h • Dimanche 23 décembre à 15h

Date de la visite du théâtre avec maquette tactile : • Dimanche 23 décembre à 13h Durée du spectacle : 3h20 entracte compris

Opéra en cinq actes. Livret de Michel Carré et Jules Barbier d’après Shakespeare. Créé le 9 mars 1868 à l’Opéra (salle Le Peletier). Le Spectacle L’une des plus belles partitions du répertoire français, et métaphore éblouissante du pouvoir du théâtre, dirigée par Louis Langrée et mise en scène par Cyril Teste. Hamlet refuse d’assister au couronnement de son oncle Claudius. Celui-ci n’épouse-t-il pas la reine sa mère, veuve depuis peu ? Hamlet père semble déjà oublié à Elseneur, ce qui meurtrit plus le prince que sa propre mise à l’écart du trône. L’apparition du feu roi sur les remparts va le précipiter dans une quête destructrice de la vérité. De l’adaptation de l’original par Dumas, Barbier et Carré firent un livret aussi romantique que spectaculaire, où Ophélie brille d’un éclat particulier. Avec ses airs virtuoses, ses ensembles saisissants et son orchestre chatoyant où débutait le saxophone, Ambroise Thomas composa l’une des plus belles partitions du répertoire français. Louis Langrée est l’un des grands promoteurs d’Hamlet, Stéphane Degout l’une de ses incarnations les plus vibrantes. Sabine Devieilhe fait ses débuts dans l’extraordinaire rôle d’Ophélie et Cyril Teste met en scène, en images et en perspective cette métaphore du pouvoir du théâtre. La distribution Direction musicale : Louis Langrée Mise en scène : Cyril Teste Gertrude : Sylvie Brunet-Grupposo Laërte : Julien Behr Le Spectre : Jérôme Varnier Marcellus, Deuxième Fossoyeur : Kevin Amiel Horatio, Premier Fossoyeur : Yoann Dubruque Polonius : Nicolas Legoux Chœur : Les éléments Orchestre : Orchestre des Champs-Élysées Nouvelle production : Opéra-Comique Coproduction : Collectif MXM, Opéra Royal de Wallonie, Croatian National Theatre in Zagreb. Dans le cadre du partenariat Beijing Music Festival / Opéra-Comique. Comment venir ? Métro Richelieu-Drouot (lignes 8 et 9) ou Quatre-Septembre (ligne 3) RER Auber (RER A) Bus 20, 27, 39, 48, 52, 67, 74, 85, 95 Parkings Chauchat Drouot et Bourse

Tarifs spectacle : 40 % de réduction de la catégorie B à E pour vous et votre accompagnateur. Catégorie B : 75 euros (au lieu de 125 euros) Catégorie C : 58 euros (au lieu de 97 euros) Catégorie D : 45 euros (au lieu de 75 euros) Catégorie E : 30 euros (au lieu de 50 euros) Catégorie G : 16 euros Catégorie H : 6 euros (sans visibilité)

Réservation billetterie@opera-comique.com Tél : 01 70 23 01 31

Des programmes en gros caractères ainsi qu’en braille seront disponibles lors de ces représentations. Réservations des programmes auprès de la billetterie par mail ou par téléphone.

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0