Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletin de 2019 > Bulletin du 29 janvier 2019

Bulletin du 29 janvier 2019

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2019-01 – du 29 janvier 2019

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Notre pays va mal et en ce début d’année les initiatives se multiplient pour essayer de retrouver un équilibre social. Il faut sortir de cette situation bloquée et de tant d’incompréhension entre les uns et les autres. Alors, bien sûr, il y a le grand débat national auquel nous sommes tous invités à participer. Que peut-on en attendre ? Au moins un dialogue renoué ! Les personnes handicapées peuvent s’y faire entendre à titre individuel et renforcer ainsi les prises de position des associations. Nous allons, d’ailleurs, bientôt vous adresser une lettre que nous préparons avec les autres associations dans le cadre du Comité d’Entente afin de vous inciter à participer d’une manière ou d’une autre à ce débat national dont nous ne devons pas être absents. En parallèle, nous nous adresserons au Président de la République, et aux personnalités « garantes » du débat pour les convaincre des enjeux que nous défendons et porter vos témoignages.

Par ailleurs, nos associations poursuivent leur mission dans les lieux où elles siègent, et plus que jamais, la CFPSAA s’implique sur les grands sujets d’actualités : les projets de loi sur l’école, et notamment celui relatif à l’inclusion des élèves en situation de handicap, les projets conduisant à la ville de demain, les suites de la loi « choisir son avenir professionnel, qui se déclinent entre autres, par l’offre de service relative à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi à destination des personnes handicapées et des employeurs. Pour développer un peu sur ce dernier point, nous sommes actuellement dans une nouvelle phase de négociation avec des thématiques pour lesquelles nous devons apporter notre contribution, et à titre d’exemple : l’accompagnement dans l’emploi ou la formation et l’apprentissage. Et puis il y a la préparation de la future CNH (Conférence Nationale du Handicap) qui aura lieu en juin prochain. La CFPSAA participe au comité de pilotage dédié à cette conférence, au sein du CNCPH (Comité National Consultatif des Personnes Handicapées) et y apportera sa contribution en faveur des personnes aveugles et malvoyantes.

Le travail ne manque pas et dans ce contexte, morose au plan national, mais volontaire de notre côté, je vous souhaite une bonne année 2019. Je forme des vœux personnels pour vous, vos proches et vos aspirations.

Bien Fidèlement Edouard Ferrero

Retour sommaire

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) CFPSAA/COMMISSION ACCESSIBILITÉ

Liste des revendications adressées à la déléguée Ministérielle à l’accessibilité

Voirie
-  Définition juridique du trottoir (détectable et repérable déjà acté lors des Assises Nationales de la Mobilité)
-  Normalisation de l’environnement sonore des lieux publics
-  Transposition des avancées techniques des feux R25 aux feux R12 (couloir sonore)
-  Rajouter la précision du bouton d’appel au message des feux tricolores quand c’est le cas (exemple : Rouge piéton, rue de la République, bouton d’appel)
-  Normalisation des bandes d’aide à l’orientation et des séparateurs d’espace
-  Guide de protection des chantiers
-  Amélioration de l’accessibilité des escaliers (contremarche contrastée, bande d’éveil à la vigilance, main courante même pour un escalier moins de trois marches, interdiction des marches isolées ou en sifflet)

Transport
-  Donner l’information sur les quais même s’il n’y a qu’une seule ligne qui passe
-  N’utiliser qu’une seule application mobile accessible par réseau
-  Équiper le matériel roulant d’un son distribué « en douche » et de façon uniforme sur l’ensemble du véhicule dans tous les moyens de transports.
-  Équiper les véhicules électriques de deux roues et plus, subventionnés par l’État, d’une alerte auditive détectable de 1 à 30km/h par le piéton.
-  Supprimer l’adhésion obligation des associations au service T.A.D.

ERP
-  Rendre les Aéroports réellement accessibles aux personnes déficientes visuelles

CFPSAA – Décembre 2018

Retour sommaire

1-B) BANDES D’ÉVEIL DE VIGILANCE ENCADRANT LES TROTTOIRS TRAVERSANTS

La CFPSAA a également alerté la Déléguée Ministérielle à l’Accessibilité sur la nécessité d’équiper les trottoirs traversants de bandes d’éveil de vigilance (B.E.V.) conforme à la norme NF P98-351

Extrait : « Comme vous le savez les expérimentations en cours viennent contredire l’utilité de cet élément de sécurité pourtant indispensable à la population déficiente visuelle que je représente. J’insiste ici sur l’utilité du contraste visuel et tactile pour les personnes mal voyantes. Ces B.E.V. permettent en effet de se repérer dans l’espace et garantissent ainsi un positionnement optimal pour une traversée en toute sécurité. Remettre en cause cette demande de la CFPSAA serait contraire à la loi de 2005 sur l’Egalité des Droits et des Chances et la Fédération que je préside ne le tolèrerait pas. »

Janvier 2018

Retour sommaire

1-C) ÊTRE AU JURY DES MARIUS DE L’AUDIODESCRIPTION

Lu dans la newsletter n° 55 de janvier 2019 de Retour d’Image : En cette année 2019, les Marius de l’Audiodescription fêtent leurs deux ans ! La CFPSAA (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes) célèbre le cinéma en organisant la cérémonie des Marius permettant de récompenser la meilleure audiodescription parmi les 7 meilleurs films nommés aux Césars 2019. Si Retour d’Image regrette que la sélection pour récompenser la meilleure audiodescription se cantonne aux 7 meilleurs films de fiction excluant ainsi les courts-métrages, les films d’animations et les documentaires, il est à noter une ouverture du jury vers un public voyant ce que Retour d’Image appelait de ses vœux. La cérémonie des Marius se déroulera le Mardi 19 février 2019 au CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) à Paris. La date limite pour s’inscrire et faire partie du jury, est le 15 janvier 201 Retour d’image (Cinéma et Handicap) Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) PUBLICATION D’UN DÉCRET RELATIF À L’EXCEPTION AU DROIT D’AUTEUR EN FAVEUR DES PERSONNES EMPÊCHÉES DE LIRE DU FAIT D’UN HANDICAP

Franck Riester, ministre de la Culture, a contresigné, conjointement avec Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, un nouveau décret relatif à l’exception au droit d’auteur en faveur des personnes empêchées de lire du fait d’un handicap. Grâce à cette disposition, des nouvelles possibilités sont offertes aux organismes à but non lucratif qui diffusent et adaptent librement des œuvres, au bénéfice de ces publics. Le ministère de la Culture confirme ainsi son engagement fort et constant en faveur de l’accès aux livres pour les personnes en situation de handicap.

Ce nouveau cadre juridique facilite considérablement la circulation internationale des livres et autres œuvres adaptées à destination des personnes en situation de handicap dans l’espace de l’Union européenne et, au-delà, dans l’ensemble des pays parties prenantes au traité de Marrakech. Tous les organismes bénéficiant de cette exception au droit d’auteur pourront désormais échanger des documents adaptés avec leurs homologues à l’étranger, ou bien les transmettre directement aux lecteurs en situation de handicap.

Pour ces derniers, ce texte ouvre de nouveaux accès aux cultures et aux savoirs des pays tiers, et facilite les échanges au sein de l’espace francophone. Par ailleurs, ce décret allège les procédures permettant aux organismes de bénéficier de l’exception au droit d’auteur. Il facilite, en particulier, l’inscription des bibliothèques publiques dans le dispositif, afin de multiplier sur l’ensemble du territoire les points d’accès aux œuvres adaptées.

Venant en application de l’article 81 de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, ce décret renforce le dispositif juridique existant depuis 2006 et parachève la transposition en droit français de la directive (UE) 2017/1564 du 13 septembre 2017, elle-même issue du traité de Marrakech, adopté le 27 juin 2013 par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Secrétariat d’État auprès du Premier ministre chargé des Personnes handicapées

Retour sommaire

2-B) DÉMARCHES ADMINISTRATIVES SUR INTERNET : ET LES CITOYENS HANDICAPÉS, ALORS ?

Le Défenseur des droits alerte sur les dérives de la dématérialisation, à marche forcée, des services publics. Pour les personnes n’ayant pas accès à Internet. Et pour les citoyens handicapés confrontés à des sites inaccessibles. Un courriel pour informer de la suspension des droits à l’AAH. Pourquoi pas ? Mais quid des allocataires n’ayant pas accès à Internet ? Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, pointe les risques de la dématérialisation des démarches administratives dans un rapport rendu public ce jeudi 17 janvier. Il rapporte le cas de ce couple de Guadeloupéens, âgés de 75 et 86 ans. En consultant leur relevé de banque, ils constatent le non-versement de leur allocation adulte handicapé (AAH). À la Caisse d’allocations familiales (Caf), un agent leur explique qu’une notification de suspension de l’AAH leur a été envoyée via leur compte en ligne Caf. Or, ils n’ont ni ordinateur, ni connexion. Conséquence, faute d’avoir été informés dans les temps, ils n’ont pas pu déposer un recours amiable dans les délais autorisés. Services publics 100 % en ligne en 2022 La révolution numérique est en marche dans les services publics. Par exemple, de nombreuses démarches qui devaient, auparavant, être effectuées en préfecture ou en sous-préfecture (permis de conduire, carte grise, etc.) doivent désormais être réalisées sur Internet, via des sites dédiés. Le gouvernement s’est fixé pour objectif la dématérialisation de l’intégralité des services publics à l’horizon 2022. Toubon-services-publics-intern… Jacques Toubon, le Défenseur des droits souligne « un risque de recul d’accès aux droits pour de très nombreux usagers ». « Risque d’exclusion » Mais cette transformation au pas de course « comporte un risque de recul d’accès aux droits et d’exclusion pour de très nombreux usagers », souligne le Défenseur des droits. Notamment pour ceux qui ne maîtrisent pas l’usage d’Internet, ne comprennent pas le langage administratif ou ne parlent pas très bien français. Ou encore qui ne disposent pas d’une connexion, ne sont pas équipés d’ordinateur, etc. Parmi eux, de nombreux citoyens en situation de handicap. Certains n’ont pas les moyens financiers de s’équiper. D’autres n’ont pas les capacités ou les compétences nécessaires. Lire aussi Quelques millimètres de plus dans le RER, un nouveau recul pour l’accessibilité « La plupart » des sites inaccessibles S’ajoute une difficulté propre à certaines personnes en situation de handicap : l’inaccessibilité des sites internet. « La plupart des sites publics de l’État ne sont toujours pas en conformité avec la règlementation en vigueur », souligne le Défenseur des droits. Dans ces conditions, « la dématérialisation des démarches administratives (…) est constitutive (…) d’une rupture d’égalité dans l’accès aux droits ». La réglementation est, en effet, peu contraignante, comme l’avait déjà expliqué faire-face.fr Les majeurs protégés ignorés Le Défenseur des droits s’inquiète également des conséquences de la dématérialisation pour les 730 000 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle. Les sites des services publics prennent en effet « rarement » en compte leur situation spécifique. Exemple : le formulaire en ligne de déclaration de revenus auprès de l’administration fiscale ne permet pas la co-signature par le majeur protégé et son tuteur ou son curateur. rapport-défenseur-des-droits-d… « Un service public dématérialisé reste un service public », insiste le Défenseur des droits. La nécessité des mêmes droits pour tous et partout « Il faut ici réaffirmer ce qui semble ne plus être une évidence pour tous les responsables, note le Défenseur des droits. Un service public dématérialisé reste un service public avec tout ce que cela impose de contraintes pour respecter les droits de manière égale sur l’ensemble du territoire et pour toutes les catégories de population. » Conserver d’autres voies d’accès aux services publics Pour lui, aucune démarche administrative ne doit être accessible uniquement par voie dématérialisée. Il recommande donc de conserver toujours plusieurs modalités d’accès aux services publics. Mais aussi de redéployer une partie des économies procurées par la dématérialisation vers des dispositifs d’accompagnement. Un courrier pour ceux qui veulent Il propose également d’instaurer l’envoi sous forme papier des notifications d’attribution, de suppression ou de révision de droits comportant des délais et des voies de recours. Sauf si la personne consent expressément aux échanges dématérialisés. Voilà qui aurait évité pareille mésaventure à ces allocataires de l’AAH guadeloupéens.. Franck Seuret - Faire-face, @cecitroc-infos Retour sommaire

2-C) RÉFORME – PRIME À L’APPRENTISSAGE, PRIME À L’EMPLOYEUR D’APPRENTIS RECONNUS TRAVAILLEURS HANDICAPÉS : ABROGATION

La loi Liberté de choisir son avenir professionnelle réforme l’apprentissage. Elle crée une aide unique aux employeurs d’apprentis. Le décret n°2018-1163 (17 décembre 2018) porte abrogation des dispositions du code du travail relatives à la prime à l’apprentissage et à la prime aux employeurs d’apprentis reconnus travailleurs handicapés. Le décret vient compléter l’article R6222-48 du code du travail concernant la durée du travail et le temps de travail (section 5 : aménagements en faveur des personnes handicapées) : "Dans le cas prévu à l’article R. 6222-47, la durée de l’apprentissage est prolongée d’un an au plus, sans faire obstacle à la conclusion, s’il y a lieu, d’un nouveau contrat avec un autre employeur en application du 2° de l’article L. 6222-11. Lorsque la durée du contrat d’apprentissage est ainsi prolongée, il est appliqué au salaire minimum qui s’impose au contrat une majoration uniforme de quinze points aux pourcentages correspondant à la dernière année de la durée du contrat [NOUVEAU]". Les dispositions du décret entrent en vigueur le 1er janvier 2019 et sont applicables aux contrats conclus à cette date. Source : Journal officiel du 19 décembre 2018 Site Carif-Oref Retour sommaire

4)- ACTUALITÉS FRANÇAISE DU HANDICAP

4-A) ÉCOLE ET HANDICAP :

Les associations appellent les députés de la majorité parlementaire à permettre un débat ouvert sur la scolarisation des élèves handicapés

Communiqué du Comité d’entente dont la CFPSAA est signataire :

Alors que s’est engagée une concertation sur l’école inclusive et que se prépare la prochaine Conférence nationale du handicap, les associations représentantes des personnes handicapées et de leurs familles attendent en effet toujours le bilan de la dernière rentrée scolaire et regrettent que le Projet de loi pour une École de Confiance qui sera examiné prochainement ne fasse aucunement mention des défis sociétaux liés à la scolarisation des élèves en situation de handicap. Au vu des encore trop nombreuses situations d’exclusion qui ont été vécues par des milliers d’élèves et de familles partout en France lors de la dernière rentrée scolaire, les associations souhaitent qu’un débat s’engage à tous les niveaux sur les enjeux de l’école de demain afin de déboucher sur des propositions et un calendrier politique qui soient à la hauteur des droits des élèves en situation de handicap et des milliers de familles concernées. Au-delà de la question du statut des accompagnants scolaires (AVS ou AESH), les associations rappellent la nécessité d’aborder la question de l’école inclusive dans la globalité et dans sa complexité en travaillant sur tous les enjeux qui permettront d’accompagner de manière qualitative tous les élèves en situation de handicap : formation initiale et continue des enseignants et des personnels éducatifs, accessibilité universelle de l’École (bâti – didactique – pédagogies), réduction des effectifs dans les classes accueillant des élèves en situation de handicap, nécessité de mise en place de pôle ressources ambitieux mettant à disposition du personnel éducatif et du personnel médico-social pour un accompagnement de qualité des élèves. Les associations représentantes des personnes handicapées et de leurs familles attendent en parallèle de la concertation « Ensemble pour une école inclusive » dont l’issue reste encore floue que les députés puissent échanger, débattre et faire des propositions qui soient à la hauteur de l’ambition politique qui avait été annoncée par le Président de la République, Emmanuel Macron.

22 janvier 2019

Retour sommaire

4-B) 5ÈME FORUM FREDV À L’INSTITUT NATIONAL DES JEUNES AVEUGLES

Pour la cinquième année consécutive, l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris organise dans ses murs un Forum sur la Formation et la Recherche d’Emploi pour les Déficients Visuels (Forum FRE-DV). Cet évènement aura lieu le jeudi 7 février 2019 de 9h à 17h. L’inscription au Forum est gratuite mais obligatoire avant le 1er février 2019 par mail à : forumfredv@inja.fr L’objectif de cette journée est de sensibiliser les publics de l’INJA au monde de l’entreprise ; à la recherche d’emploi ainsi qu’aux parcours de formation. La journée est organisée autour de deux temps forts : • La matinée : sera découpée en deux temps : • Le témoignage particulièrement intéressant d’Anne-Sarah KERTUDO, juriste et directrice de l’association Droit Pluriel. • Puis, un temps d’écoute et d’échange en séance plénière avec des partenaires sociaux, institutionnels et des responsables de centres de formation. Cette année une table ronde : • Comment accompagner dans l’emploi les personnes déficientes visuelles : expériences ; aides ; dispositifs… La table ronde est organisée autour de témoignages de personnes déficientes visuelles et de professionnels reconnus pour leur expertise dans ce domaine. Ce sera l’occasion de nous questionner sur la diversité des parcours et les conditions nécessaires à la réussite d’un projet professionnel. • L’après-midi : C’est un temps de rencontre et de prise d’informations : quatre types d’intervenants seront présents dans des espaces identifiés afin d’échanger individuellement ou en petit groupe avec le public : 1. Le monde de l’entreprise : seront présents des professionnels issus du monde de l’entreprise afin d’évoquer leurs métiers ; l’insertion professionnelle ; l’autonomie dans l’entreprise ; les outils de travail ; les nouvelles formes de travail... Les professionnels seront regroupés par domaines d’activités ou famille de métiers : Artisans ; Services publics ; Interprétariat ; Vente/commerce ; Journalisme ; Enseignement ; Environnement ; Informatique ; Droit ; Banque/Assurance ; Bien-Être ; Paramédical. 2. Les parcours de formation : responsables de centre de formation professionnelles ; relais handicap d’université ; Centre de formation d’apprentis ; ESAT ; personnes en cours de formation… 3. Les partenaires de l’insertion ; associations qui accompagnent la recherche d’emploi ; institutions publics liées à l’emploi ; partenaires des projets individuels, partenaires dans l’accompagnement vers l’emploi…

4. un quatrième espace consacré aux entreprises qui viendront directement proposer des stages ; des emplois et des formations en alternance ; recueillir des C.V. ; présenter les métiers de leur entreprise …

Public concerné : ce forum est destiné aux élèves, présents ou anciens, de l’institut, en recherche de formation ou d’emploi, ainsi qu’à toutes personnes déficientes visuelles à la recherche d’informations et de contacts afin de préparer le mieux possible leur insertion dans l’emploi.

Retour sommaire

4-C) CONFÉRENCE À L’INJA ANIMÉE PAR JÉRÔME GARCIN 14 FÉVRIER – INVITATION

Conférence de Jérôme Garcin – jeudi 14 février 2019 à 19h00 Huguette Mauss, présidente du Conseil d’administration, Xavier Dupont, directeur, et l’ensemble des équipes de l’INJA sont heureux de vous accueillir, le jeudi 14 février 2019, pour une conférence animée par Jérôme Garcin.

Jérôme Garcin, directeur de l’émission de critique littéraire « Le masque et la plume » sur France-Inter, auteur du roman « Le voyant » publié en 2014 sur la vie de Jacques Lusseyran, jeune aveugle qui était dans la résistance Française durant la seconde guerre mondiale.

Ouverture des portes à partir de 18H Inscription obligatoire avant le 10 février à gnsaga@inja.fr

INJA - Salle André Marchal 56, boulevard des Invalides - 75007 Paris Métro : Duroc (lignes 10 et 13) Bus : lignes 28, 39, 70, 82, 89, 92

Retour sommaire

4-D) DISCRIMINATION/CÉCITÉ - MAITRE ET CHIEN GUIDE REFOULÉS

Un homme aveugle et son épouse ont été interdits d’entrée par le patron d’un restaurant de la zone commerciale Actisud, à Moulins-lès-Metz (Moselle) parce qu’ils étaient accompagnés d’un chien guide. Le gérant a invoqué un risque de dégradation du mobilier ! L’épouse le relate sur Facebook et un couple présent dans cette pizzeria a confirmé les faits sur Tripadvisor. Comme d’habitude, la police n’a pas sanctionné cette infraction, passible de 450€ si elle est constatée dans les formes. Cette année, de multiples refus d’accès de chiens guides ou d’assistance ont été médiatisés, sans réelle action des pouvoirs publics.

Yanous-Actu n° 522

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

6) ACCESSIBILITÉ

6-A) ACCÈS PLUS FRANCILIEN, NOUVEAUX SERVICES PERSONNALISÉ

Si vous habitez ou si vous projetez un passage en Ile de France, si vous êtes usagers de la SNCF, de ses trains et de ses gares, ça va vous intéresser.

Accès Plus Francilien, est un service gratuit d’accueil, d’informations et d’assistance aux personnes à mobilité réduite.

Consultez les conditions générales d’utilisation du service d’assistance sur :

WWW.transilien.com, rubrique, « se déplacer et visiter », puis « ACCESSIBILITE ».

Un voyage garanti. Les personnes en situation de handicap, possédant une carte « Mobilité Inclusion », prises en charges par les agents Transilien, sans réservation, en se présentant spontanément du lundi au vendredi, entre 6h30 et 20h, pour voyager entre deux gares accessibles, avec réservation (*), dans l’ensemble des gares desservies par le réseau SNCF Transilien en Ile de France.

Retrouvez la liste des gares dans les conditions générales d’utilisation du Service d’Assistance sur : WWW.transilien.com, rubrique « Se déplacer et visiter » puis « Accessibilité ». Plus d’informations sur l’accessibilité des gares et des trains sur : 0 970 82 41 82 (prix d’appel non surtaxé, ouvert de 7h à 20h, 7 jours sur 7) ou par mail à accesplus@transilien-sncf.fr

*Réservation auprès de la Centrale d’appel Accès Plus Transilien, jusqu’à la veille du voyage avant 12h. Retour sommaire

6-B) DES PRIX ET DES LABELS CONTRIBUANT À RÉCOMPENSER DE BELLES INITIATIVES

Évreux a reçu le 2ème prix des Access City Award 2019 récompensant les villes européennes de plus de 50 000 habitants les plus accessibles. Ce prix, décerné par la Commission européenne, récompense à sa juste valeur la qualité des efforts collectifs accomplis depuis quatre ans par cette municipalité, l’ensemble de son tissu associatif et tous les autres acteurs de l’accessibilité. Un effort particulier a porté en particulier sur des actions à destination des handicaps invisibles (sonorisation des feux de signalisation pour les personnes malvoyantes, mise à disposition de documents FALC dans les services municipaux, etc.). L’an passé, la ville de Lyon s’était également tout particulièrement distinguée en recevant le 1er prix. Mobiped a été reconnu par la fondation Design for All comme meilleure pratique internationale de conception universelle en 2018 : respect de la diversité humaine, facile à comprendre et à utiliser, pratique, attractif, sûr, sain, écologique et pérenne. En effet, Mobiped accompagne les acteurs publics/privés qui souhaitent développer l’éco-mobilité. Mobiped réalise des études, fournit des conseils et conçoit des contenus multimédias dans une démarche de conception universelle. Présentation des services. Mobiped a réalisé 80 missions pour des clients de 16 nationalités. En 2019, Mobiped assure des missions pour la Mairie de Paris et la Ville d’Annecy. Réseau Français des Villes amies des Ainés : La remise des prix du Concours Villes Amies des Aînés "Âgés, luttons contre les idées reçues !", s’est déroulée le 7 décembre 2018 au Ministère des Solidarités et de la Santé à l’occasion des Sixièmes Rencontres du RFVAA consacrées au même thème. Près de 250 participants étaient présents à cet événement lors duquel neuf villes et structures ont été récompensées pour leurs projets innovants. Lien vers le site et les résultats. Liberté Living-Lab : écosystème technologique d’intérêt général et expert en accompagnement en innovation ouverte a organisé un hackathon pour le Lab Santé Ile-de-France et l’Agence Régionale de Santé IDF sur le thème ’’Handicap, mobilité et accessibilité" les 10, 11 et 12 décembre derniers. Le jury a sélectionné trois lauréats : le projet « Streetco », une application GPS collaborative, la startup « MapLab », interface cartographiant les lieux accessibles et à deux startups ayant uni leurs forces, Lpliz et Pictoaccess pour proposer une solution d’accessibilité augmentée. Pour plus d’informations : Liberté Living-lab www.accessibilité.gouv.fr Retour sommaire

6-C) SOURDAVEUGLES ET APHASIQUES OUBLIÉS

Laissées de côté par les opérateurs téléphoniques, les applis et les centres d’appels sous-traitant de services publics et grosses sociétés, les associations de personnes sourdaveugles et aphasiques lancent un avertissement aux pouvoirs publics dans cette tribune. En matière d’accès au téléphone, l’année 2018 devait marquer un moment historique pour la France et sa politique du handicap, emboîtant le pas à d’autres pays précurseurs tels que les États-Unis (années 1990), la Suède ou le Royaume-Uni (début des années 2000). En effet, depuis le 8 octobre 2018 et pour la première fois, les personnes sourdes, malentendantes, devenues-sourdes, sourdaveugles et aphasiques devraient pouvoir faire valoir leur droit à des télécommunications accessibles : concrètement, cela signifie que tout un chacun est susceptible de discuter avec elles par téléphone, et que ces dernières doivent pouvoir appeler directement qui elles veulent, sans passer par l’assistance d’un membre de la famille, d’un ami ou d’une tierce personne. Impensable, il n’y a pas si longtemps de cela, cette situation est devenue possible grâce aux progrès technologiques et aux combats des personnes en situation de handicap pour faire cesser les discriminations. La téléphonie pour tous, telle était l’idée martelée lors de la campagne de longue haleine menée par les associations de personnes sourdes, malentendantes, devenues-sourdes, sourdaveugles et aphasiques.

Cette campagne débutée dans les années 2000 pour obtenir l’inscription légale du droit à la télécommunication accessible a porté ses fruits, et s’est désormais traduite en obligations pour les acteurs et prestataires concernés par la loi. Les opérateurs de télécommunications (Orange, Bouygues, SFR, Free...), les services publics (mairies, Caisses d’Allocations Familiales...) et les entreprises dépassant un chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros (MGEN, Carrefour...) doivent désormais permettre une communication téléphonique accessible en recourant à un service de traduction écrite ou visuelle simultanée adapté à chacun des publics, suivant une montée en charge progressive culminant en 2026.

L’article 105 de la loi du 7 octobre 2016 pour une République Numérique et le décret du 9 mai 2017 stipulent que les services de relais téléphoniques pour les personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles et aphasiques doivent démarrer dès le 8 octobre 2018. Si cette accessibilité est quantitativement limitée dans un premier temps - une heure par mois de télécommunications accessibles pour les clients des opérateurs téléphoniques, et restriction des horaires d’accueil téléphoniques des administrations et grandes entreprises - le service doit bel et bien exister qualitativement. Aucune distinction n’est faite entre les différentes catégories de population concernées, le même calendrier et les mêmes droits leur sont appliqués. Pourtant, la mise en place concrète des obligations légales pose question. Nous, associations représentantes des personnes sourdaveugles et aphasiques, considérons que l’accessibilité des télécommunications n’est aujourd’hui pas effective pour les usagers que nous représentons [lire cette analyse NDLR]. Pourtant, dire qu’un relais téléphonique accessible aux personnes sourdaveugles et aphasiques est "possible" relève de la pâle litote. Depuis plusieurs années, des personnes sourdaveugles et aphasiques ont pu téléphoner, que ce soit à l’étranger en utilisant des services nationaux (Suède, Etats-Unis...) ou bien pendant l’expérimentation nationale française en 2014-2015 (expérimentation Origo). Et pourtant, cette accessibilité se laisse désirer dans les services aujourd’hui proposés.

D’une part, pour qu’un relais téléphonique puisse être utilisé par les personnes sourdaveugles, il est nécessaire de prévoir une accessibilité basse vision (en cas de malvoyance) et braille (en cas de cécité totale). Cela passe par des ajustements techniques de l’interface (contrastes, couleurs, conversion braille, etc.) et la formation des opérateurs-relais et agents d’accueil téléphonique - interprètes en langue des signes française, codeurs en langage parlé complété et transcripteurs texte - pour qu’ils puissent s’adapter à une communication ayant ses règles propres. D’autre part, l’accessibilité du téléphone pour les personnes aphasiques passe par la création d’une interface de communication multimodale permettant de combiner la voix, les gestes de la communication non verbale (donc la vidéo), l’écrit, et l’utilisation d’images-pictos dans la zone de texte. Cette accessibilité repose sur la participation d’opérateurs-relais formés à l’aphasie faisant le lien entre la personne aphasique et son interlocuteur, ou apportant ponctuellement un support durant cette communication. La mise en œuvre est simple. Les solutions sont là, il suffit de tendre la main pour s’en saisir.

Comment se fait-il qu’aujourd’hui, aucun service n’existe nulle part pour les aphasiques - en dépit de l’obligation légale et alors même que des développeurs ont réussi à créer, en quelques mois et avec des moyens réduits, une interface adaptée au cours de l’expérimentation nationale Origo en 2014-2015 ? Pourquoi les acquis de cette expérimentation n’ont-ils pas été réutilisés par les opérateurs actuels ? Comment se fait-il que le service actuel soit à demi-accessible pour les personnes sourdaveugles - alors même que les associations tiennent à la disposition du public leurs préconisations, simples à mettre en œuvre, et que l’expérimentation Origo, là encore, a prouvé qu’il était possible de mettre en place rapidement cette accessibilité ?

Comment se fait-il que les services disponibles n’aient toujours pas fait, un mois après leur lancement officiel, l’objet de tests dignes de ce nom mettant à l’épreuve leur accessibilité basse vision et braille ?

Comment se fait-il que les services de relais téléphonique ne forment pas leurs opérateurs-relais (interprètes, codeurs, transcripteurs et opérateurs du service aphasie) à la communication avec les usagers sourdaveugles et aphasiques - alors même qu’une offre de formation a été élaborée et proposée par les associations et qu’il est possible de mettre rapidement en place ces formations courtes en attendant la création de dispositifs pérennes ? Y aurait-il un deux poids deux mesures, voyant des diplômes bac+3 ou +5 exigés d’une part, et l’à-peu-près toléré d’autre part ?

Nous ne nous expliquons ni la dégradation du service proposé aux sourdaveugles, ni l’inexistence de celui dédié aux aphasiques. Nous comptons donc sur tous les acteurs concernés pour mettre en œuvre, dans les délais les plus brefs, une réelle accessibilité des télécommunications pour chacun des publics prévus par la loi. Dans ce parcours, nous nous tenons, comme toujours, à leur disposition pour les accompagner et les conseiller. Et nous rappelons que plus de 500.000 personnes attendent de pouvoir passer un appel téléphonique. Quand va-t-on enfin pouvoir dire "Une personne sourdaveugle" ou "Une personne aphasique vous appelle" ?

Association Nationale pour les Personnes SourdAveugles (ANPSA), Fédération Nationale des Aphasiques de France (FNAF), Réseau National des SourdAveugles (RNSA). décembre 2018.

Yanous-Actu n° 521

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) CONFÉRENCE SUR JACQUES BREL ILLUSTRÉE DE CHANSONS

Le GIPAA vous propose, Dimanche 10 février 2019 après-midi

Une conférence préparée et présentée par Philippe GITTON, sur la vie de Jacques BREL, avec des enregistrements d’extraits musicaux.

En plus, Christophe MENEZ (voix) et Mickaël GUILLAUME (piano) interpréteront des chansons du grand artiste

Informations pratiques :

Rendez-vous dimanche 10 février, à 15h30 salle de la Résidence Saint-Louis des 15/20, 9, rue Moreau 75012 PARIS.

Un accueil sera organisé à 15h00 au métro Bastille ligne 1, direction Château de Vincennes au milieu du quai.

L’entrée est gratuite, dans la limite des places disponibles.

Inscription auprès de Sylvie et Yves MARTIN au : 01 42 05 94 00 ou portable 07 81 91 37 17.

La commission culture du GIPAA

Retour sommaire

15-B) LE PETIT FUTÉ HANDITOURISME 2019 EST SORTI !

Où trouver la bonne destination lorsqu’on voyage en situation de handicap ? La version 2019 du Guide Handitourisme du Petit futé propose de nombreuses pistes et des conseils pratiques, en France comme à l’étranger.

Que vous aimiez partir en week-end, en vacances, en voyage à la mer, à la montagne, dans les terres de France et de Navarre, voire à l’étranger, vous trouverez dans le nouveau millésime de ce Petit Futé 2019 dédié aux voyages adaptés en France et dans le monde une large sélection d’informations réparties en trois parties bien distinctes. Dans la première partie, le Petit Futé donne toutes les ficelles pour préparer son voyage : adresses utiles, liste de démarches à effectuer avant le départ, conseils pratiques sur les assurances, les modes de déplacement, la santé, l’argent. La seconde aborde le logement, les restaurants et les activités sur place, labellisés ou accessibles. La dernière partie propose un voyage à travers le monde, avec, là encore, des adresses utiles et des infos pratiques, selon les différents handicaps, afin de faciliter l’organisation d’un voyage plus lointain.

Pour l’achat d’un livre « papier », la version numérique est offerte.

Guide handitourisme 2019, le Petit futé, 528 pages, 15.95 € et version numérique 6.99 €

Handicap.fr / Emmanuelle Dal’Secco – 17 janvier 2019

Retour sommaire

15-C) SÉJOUR CULTURE/NATURE

Du 17 au 20 mai le GIPAA vous propose un séjour Culture/Nature dans la Région aux Mille Étangs. La Brenne est à 280 kilomètres de PARIS.

Vendredi 17 mai 2019 8h30, notre car sera au rendez-vous à Duroc, face à l’INJA (56, boulevard des Invalides PARIS 07. Départ à 9h précises. Déjeuner à Chambord. Visite avec conférenciers du Château qui fête cette année ses 500 ans. Les décors du château et des jardins ont été rénovés et embellis pour cet anniversaire. Ensuite, nous reprenons la route pour Mézière en Brenne, dans l’Indre. Nous serons hébergés au Village Vacances de Belle Bouche. Un site très agréable près de la forêt et des étangs. Les gîtes sont composés de 2 à 4 chambres avec tout le confort, (lits jumeaux, salle de bains et toilettes privées. Les lits seront prêts pour notre arrivée. Le linge de toilette sera fourni. Attention, il n’y a que 4 chambres individuelles. Dîner sur place à 19h30. Les plats seront servis à table.

Samedi 18 mai au matin : Visite de Mézières. La capitale de la Brenne peut s’enorgueillir d’un riche passé. En témoignent les restes de l’ancien château féodal et la collégiale Sainte-Marie-Madeleine dont la chapelle des ducs d’Anjou est un petit joyau de l’architecture renaissance. En fin de visite la discussion se poursuivra autour d’une dégustation de produits locaux

Déjeuner dans un bon restaurant à la Maison du Parc. Si le temps le permet, on pourra manger en plein air des produits des étangs, genre frites de carpes pour l’apéritif, etc.

L’après-midi, nous suivrons une Visite sensorielle, au cœur du parc naturel régional de la Brenne. Des guides nous parleront de l’histoire des étangs, des oiseaux, de la flore, des différents sols.

Nous dînerons au village de Belle Bouche.

En soirée, nous écouterons des contes, soit en plein air, soit dans une salle, selon la volonté de la météo.

Dimanche 19 au matin : Visite de la ferme de Bray. Vanessa BOISDET et Wilfried FALCOTET élèvent une centaine de chèvres et produisent leur fromage selon le cahier des charges de l’Appellation Pouligny Saint-Pierre. Ils nous invitent à visiter leurs installations. Leurs produits sont proposés à la dégustation et à la vente.

Déjeuner dans un excellent restaurant « La Gabrière ».

L’après-midi, nous visiterons l’écomusée situé dans le château de la ville du Blanc. Il nous invitera à un voyage à travers les âges. Maquettes et enregistrements de témoignages anciens ou actuels rendent compte notamment de l’histoire et mettent en scène la mémoire d’une région.

Retour à Belle Bouche pour le dîner.

Soirée chansons berrichonnes et orgue de barbarie.

Lundi 20, dans la matinée, départ pour la Chatre. Repas au restaurant.

Puis visite du domaine de Nohant où a vécu George SAND. La maison témoigne de la vie exceptionnelle de cette femme progressiste du 19ème siècle. Cette maison dans laquelle elle écrivit la majeur partie de son œuvre et reçu ses amis Balzac, Chopin, Flaubert et Liszt, conserve encore aujourd’hui le mobilier et les objets authentiques de l’écrivain. Ce que nous verrons, George Sand l’a vu.

Ensuite, on pensera au retour sur PARIS. Arrivée à Duroc en fin d’après-midi, selon la circulation.

Renseignements pratiques :

Le prix : 440 euros pour les adhérents du GIPAA et les accompagnateurs voyants ; 470 euros pour les non adhérents déficients visuels.

Inscription avant le 28 février, accompagné d’un chèque de 150€ d’acompte. 2ème versement de 150€ au 31 mars et le solde pour le 5 mai.

Envoyer un mail à : sylvieyvesmartin@gmail.com ou un appel au : 01 42 05 94 00 07 81 91 37 17

Votre réservation sera effective dès que vous aurez envoyé un chèque d’acompte de 150€ par personne libellé à l’ordre du GIPAA et adressé à

Marie CONVERT 30 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny - 92360 MEUDON-la-FORET.

Information de sylvie et yves Martin

Retour sommaire

15-D) THE BLIND : « DANS L’ANTRE DE…. »

Un soloshow de The Blind

Dans chacune de ses créations, The Blind fait de ses œuvres des interfaces et des espaces de collaboration qui nous sortent du milieu artistique. Il nous fait parcourir les catacombes et les entrailles du métro parisien avec ses sérigraphies sonores. C’est rugueux, visqueux et froid, graffiti dans l’essence. Ses recherches sur la cécité questionnent notre capacité à voir, à regarder et nous font douter du visible. Il se joue de nous. L’humour, l’espièglerie et l’ironie ne sont jamais loin chez The Blind . On les retrouve dans ses créations à l’encre invisible mais surtout lors de ses installations sculpturales en braille qui s’imposent à nous dans l’espace public. Ces œuvres sont pensées In Situ, chaque phrase en braille est contextuelle. Ainsi, à Nantes au tribunal conçu par Jean Nouvel, masse monumentale et noire incarnant la Justice, il installe de manière illégale une phrase d’une efficacité désarmante : « Pas vu, pas pris ». Enfin, avec pudeur et c’est une première, il ouvre une petite porte, se livre, et nous raconte sur toile un trauma, qui sera un marqueur fort.

Jusqu’au 09 février 2019

Galerie Art & Craft 32 boulevard du Général d’Armée Jean Simon 75013 Paris

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0